L’angle et la courbe

La courbe : « ma touche féminine dans un monde parfois brutal » par Valérie Merle

portrait417 ans à Paris, un DEA de gestion, un DESS de marketing, et une année de doctorat vont d’abord  m’orienter vers la passion d’enseigner à la faculté des sciences économiques notamment.

Puis j’ai eu envie d’apprendre à nouveau… J’ai ainsi appris une partie de mon métier de gestionnaire opérationnel pendant les 12 années passées au sein d’un établissement bancaire régional en tant que spécialiste de la prescription et de la promotion immobilière… Pour évoluer ensuite à la fonction d’expert immobilier.  « Comme on dit, le passé nous rattrape ! ». Petite je voulais être archéologue, plus grande, j’ai chaussé les bottes, agrippé ma truelle, restauré ma maison, et maintenant je vis ma passion au grand jour ! Car, j’ai toujours eu l’envie d’entreprendre, dans le bâtiment, comme mes aînés. Reconstruire le patrimoine bâti, lui permettre de passer à travers les âges, pour laisser son empreinte, son message aux générations futures.

Mon métier : gérer la société et lui donner les moyens de ses ambitions.

Mon rôle : arrondir les angles ! Car le plus court chemin n’est pas toujours la droite, mais la courbe qui permet de contourner les obstacles.

L’angle : « pour être juste et droit » par Régis Coste Co-gérant

portrait1Quand j’étais enfant, je voyais mon père partir au travail en chantant. Il avait débuté dans l’entreprise de mon grand-père au bas de l’échelle. Après des mois à pousser des brouettes, trimbaler des sacs de ciment sur l’épaule (à l’époque, les centrales à béton n’existaient pas !) il a gravit les échelons. Et il chantait toujours…

Ma voie étant tracée, J’ai donc commencé par un CAP de dessinateur. Plus tard j’ai été diplômé de l’Ecole des Métiers du Bâtiment de Felletin comme conducteur de travaux. J’ai ensuite travaillé avec mon père, puis à mon compte. En quête de savoir j’ai décidé de partir, pour apprendre d’autres techniques, dans de grands groupes, sur des chantiers plus compliqués.

Après ces années à me relever les « banches », j’ai décidé de parfaire mon « tour de France » en passant quelques années par les monuments historiques. La boucle était enfin bouclée. Je pouvais imaginer un autre projet, pour lequel j’avais besoin d’un associé solide en gestion, avec une vision d’entrepreneur et une exigence conforme à la mienne. Ce fut une femme ! Ce qui enrichit davantage encore notre complémentarité.!

Mon métier : gérer les chantiers, avec rigueur ; de la vérification des côtes, des angles, dans le respect des méthodes, délais et des devis.

Mon rôle : faire respecter nos engagements envers les donneurs d’ordre et les clients.